Home

MPIDR Working Paper

Travail des femmes, caractéristiques familiales et sociales: le cas du Maroc

Paterno, A., Gabrielli, G. G., D´Addato, A. V.

[Women´s labour force participation, familiar and social characteristics: the Moroccan case]

MPIDR Working Paper WP-2006-052, 17 Seiten (Dezember 2006).
Rostock, Max-Planck-Institut für demografische Forschung

Paper presented at the XIV Conference of the International Association of the Francophone Demographers (AIDELF), 18-22 September 2006, Aveiro.

Schlagworte: Morocco, female employment

Abstract

Le taux d’activité féminine au Maroc, malgré un trend mouvant dans les années entre la fin du XX siècle et le nouveau millénaire n’a pas subi des accroissements remarquables. Dans ce travail nous mettons en relief quelques facteurs qui expliquent la participation féminine au marché du travail marocain. On poursuit ce but dans une optique comparative «temporelle», en observant l’évolution qui a eu lieu approximativement pendant la dernière décennie, et «spatiale», en distinguant les milieux urbains des milieux ruraux. Dans cette optique, nous traçons en premier lieu le cadre général des caractéristiques sociales, familiales et d’emploi des femmes marocaines, faisant recours aux principales informations officielles produites sur place, malgré leur caractère fragmentaire. Dans la suite du travail, nous utilisons les données issues de deux enquêtes conduites sur le territoire national en 1992 et entre fin 2003 et début 2004, qui s’inscrivent dans le programme international «Demographic and Health Surveys» (DHS). Finalement, des analyses multivariées mettent en lumière les principaux déterminants du désir des Marocaines de faire partie du marché du travail, et les motivations les plus significatives à la base de leur insertion dans un secteur d’activité spécifique. Les analyses effectuées mettent en évidence que la participation féminine au marché du travail marocain reste liée, surtout en milieu rural, à des modèles familiaux traditionnels dans lesquels le rôle des femmes est limité à des fonctions secondaires, souvent en dehors du travail rémunéré. Les résultats obtenus suggèrent aussi que la stabilité substantielle de la participation féminine au marché du travail observée pourrait être considérée plus que comme une «occasion perdue» dans le chemin d’une amélioration du statut des femmes, plutôt comme une étape obligée du processus de leur affranchissement des activités dégradantes d’un système de production arriéré, étape nécessaire afin d’atteindre un niveau de développement global plus élevé.

Vernetzen